lundi 20 janvier 2014

Le lundi 20 janvier 2014 par Marine S dans ,    2 commentaires
Marcel DONAT-MAGNIN

Après avoir beaucoup parlé des SCHAFFUSER, l'heure est venue de vous introduire une nouvelle famille de mon arbre, les DONAT-MAGNIN, par l'intermédiaire du père de ma grand-mère maternelle : Marcel DONAT-MAGNIN. Pour le situer dans mon arbre, voir cette page.

Pierre Marcel Henri Honoré DONAT-MAGNIN est né le 6 août 1885 du mariage de Charles DONAT-MAGNIN et Valérie BEGUELIN. Son lieu de naissance est Vevey en Suisse. La famille DONAT-MAGNIN est originaire de Mont-Saxonnex en Haute-Savoie (j'aurai l'occasion de vous en reparler), mais Charles est parti s'installer à Genève pour être horloger, et c'est là qu'il a rencontré et qu'il a épousé Valérie qui vient, elle, du village de Courtelary en Suisse. 
Le couple devait avoir une maison à Vevey. 

Je ne possède malheureusement pas de copie de l'acte de naissance de Marcel. Et pourtant ! En 2003, je suis allée avec ma soeur aux Archives Cantonales Vaudoises près de Lausanne dans le cadre d'un petit voyage autour du lac Léman sur les traces de nos ancêtres suisses. Je suis pratiquement sûre que nous avons vu l'acte, mais à l'époque nous n'avions pas eu la présence d'esprit de le photographier... Quelle erreur de débutant !

Je retrouve Marcel au Havre lorsqu'il épouse Louise Suzanne MADELAINE le 28 octobre 1916. Il a alors 31 ans et elle 23 ans.


Acte de mariage de Marcel DONAT-MAGNIN et Louise MADELAINE
Source : Mairie du Havre


Comment et pourquoi est-il arrivé au Havre ? Encore un mystère. En 1916, c'est la guerre, et sauf si sa santé ne le lui permet pas (j'en parle un peu après), Marcel devrait être soldat.

Ma grand-mère nous avait dit qu'il travaillait dans l'aéronautique comme mécanicien en avions aux Ateliers de constructions mécaniques de Vevey (une entreprise créée en 1848 qui ferma en 1992). Son acte de mariage en 1916 indique d'ailleurs bien qu'il a la profession de mécanicien. Nous avons de plus retrouvé dans ses papiers de famille un diplôme d'ingénieur à son nom. J'ai donc consulté à tout hasard la base du personnel de l'aéronautique militaire du site Mémoire des Hommes, mais je n'ai pas trouvé son nom.

Et puis il y a quelques semaines, la Revue Française de Généalogie (RFG pour les intimes) a publié une carte de France des registres matricules, qui sont les registres tenus par l'armée et répertoriant les recrutements militaires. Depuis 1867, tous les hommes y étaient recensés militairement à l'âge de 20 ans. Ces registres sont de vraies mines d'or pour les généalogistes, car y figure une fiche par soldat contenant l'identité de celui-ci, sa description physique, sa profession, ses affectations successives dans l'armée, son niveau d'instruction..., autant de renseignements qui permettent vraiment de mieux connaître son ancêtre. 

Sur la fameuse carte, je vois que les registres sont en ligne pour le département de la Haute-Savoie et j'y fait alors un tour au cas où Marcel aurait été recruté là-bas, étant donné qu'il vient de Suisse mais que le village de ses ancêtres est bien en Haute-Savoie (Mont-Saxonnex pour ceux qui ne suivent pas !). Selon le calcul, Marcel serait de la classe 1905 (pour connaître la classe d'un soldat, il faut faire + 20 ans à son année de naissance). Et là, la recherche dans l'index des noms me retourne bien le sien ! Pierre Marcel Henri Honoré DONAT-MAGNIN a le numéro de matricule 1561 ! Mais c'est tout ce que j'obtiens, car les registres ne sont pas en ligne pour les classes de 1892 à 1912, quelle chance suivie d'une malchance !

Heureusement, les Archives Départementales de Haute-Savoie vont me communiquer son dossier moyennant signature d'une licence et quelques frais pour une copie numérique. Au jour où j'écris cet article, je n'ai malheureusement pas encore reçu la fiche qui me permettra de récupérer les précieuses informations sur Marcel, et peut-être même un indice sur les raisons de sa venue au Havre ! Je vous tiendrai au courant dans les prochaines semaines !
En discutant avec ma mère, celle-ci m'indique que Marcel aurait été chasseur alpin. Une information qui pourra j'espère être confirmée par sa fiche militaire.

[Edit suite à la réception de ladite fiche : La fiche militaire de Marcel m'apprend qu'il a fait le 30ème Régiment d'Infanterie (RI). Petite déception car cela ne semble pas lié au Chasseurs Alpins. Une recherche sur Internet m'apprend tout de même que le 30ème RI et le groupe alpin du 11ème chasseur font partie de la même brigade, la 56ème (qui forme elle-même avec la 55ème brigade la 28ème division d'infanterie), voilà peut-être mon lien avec les chasseurs alpins.]

Au Havre, je retrouve Marcel avec la profession de chauffeur automobile, notamment pour la famille REINHART, une grande famille havraise de négociants (dont les personnages des photos ci-dessous font partie). Ma mère a entendu dire que Marcel serait venu au Havre dans le but de partir aux Etat-Unis et qu'il aurait trouvé cette place de chauffeur pour économiser pour son voyage. Mais sa rencontre avec Louise a changé ses projets !

Marcel DONAT-MAGNIN chauffeur (à droite) des REINHART au Havre

Marcel et Louise n'eurent qu'une fille unique : Marcelle Louise, ma grand-mère, née en 1917 au Havre.

Selon ma grand-mère Marcelle, son père avait des problèmes de santé et il serait décédé d'une maladie pulmonaire, raison pour laquelle il avait dû partir dans le sud pour changer d'air. Selon elle, il était enterré à Nice. Ma grand-mère elle-même a passé du temps à Nice pendant son enfance. J'ai eu la chance de passer de nombreux weekends à Nice en 2012, et à cette époque j'ai donc essayé de retrouver la tombe de Marcel. Cependant, son acte de décès le 18 février 1920 indique qu'il est décédé à L'Escarène un village au nord de Nice. Ma grand-mère n'avait que 3 ans et l'a donc très peu connu.

Acte de décès de Marcel DONAT-MAGNIN
Source : Mairie de L'Escarène

Je suis allée à la mairie de Nice pour retrouver une trace de sa sépulture, mais après échanges avec les agents municipaux, ils n'ont pas retrouvé de DONAT-MAGNIN dans leurs fichiers. Un coup de fil à L'Escarène est également resté sans succès.

Même si Marcel DONAT-MAGNIN ne figure pas non plus dans la base de données des Morts pour la France du site Mémoire des Hommes, ma grand-mère était pupille de la Nation, autrement dit elle était bien considérée comme l'enfant d'une victime de guerre.

Un petit récapitulatif dynamique pour finir (oui j'en mets partout des timelines, mais c'est tellement pratique pour replacer son ancêtre dans son contexte historique et familial !) :





La semaine prochaine, direction la Suisse pour se pencher un peu plus sur la mère de Marcel, Valérie BEGUELIN. D'ici là, bonne fin de semaine !



2 commentaires:

  1. Si vous cherchez sa sépulture, vous pourriez regarder du côté du village d'origine, du lieu de résidence de sa femme à l'époque, s'il était parti se soigner seul, ou du lieu de sépulture de son épouse.

    RépondreSupprimer
  2. Pour des recherches de sépultures, deux sites peuvent se révéler intéressants :

    http://www.cimetieres-de-france.fr/
    http://www.memorial-genweb.org/~cimgenweb/

    RépondreSupprimer