mercredi 17 décembre 2014

Le mercredi 17 décembre 2014 par Marine S dans ,    Pas encore de commentaire

Quand on commence sa généalogie, on récupère de la part de sa famille des informations sur ses ancêtres qui vont peu au-delà de trois générations ascendantes. Tout ce qui s’est passé au-dessus nous est complètement inconnu. Puis quand on commence à chercher dans l’Etat civil nos premiers actes, on découvre de nouveaux noms dont on n’avait jamais entendu parler, de nouvelles régions d’origine, de nouvelles professions… Comme si on levait un voile sur tout ce qui s’est passé plus tôt, ce que nos ancêtres ont vécu mais qui n’a pas traversé les générations jusqu’à nous. Souvent, on regrette de ne pas avoir posé plus de questions à nos grands-parents à l’époque ou ils étaient encore là, qui était justement souvent l’époque à laquelle on n’avait pas l’idée de les poser ces fameuses questions. Mais parfois lors de nos découvertes, on réveille justement des souvenirs enfouis dans les mémoires.

C’est le cas lorsque j’ai retrouvé Henriette Eulalie MARIE, la femme de Philippe Gervais PITROU, et la mère d’Honorine, mon arrière-grand-mère qui n’est pas anglaise. Lorsque j’ai dit à ma mère le nom de cette ancêtre, elle a eu un déclic et m’a dit qu’en effet son père, Pierre, lui avait parlé d’Eulalie quand elle était petite. Même si je lui avais déjà posé des questions sur nos ancêtres, elle n’avait pas pensé avant à Eulalie, sans doute enfouie dans sa mémoire de petite fille !

Henriette Eulalie MARIE est née le 11 février 1811 à Lion-sur-Mer dans le Calvados, du mariage de Pierre MARIE et Marie LEFEVRE. Le 12 juillet 1832, Eulalie se marie avec Philippe PITROU au Havre. Ils auront quatre enfants de 1832 à 1840, dont Honorine en 1836. Eulalie décède au Havre le 29 janvier 1845. Honorine est encore une petite fille et a alors 9 ans. Malheureusement, Honorine, à son tour, décédera trop jeune pour parler de sa mère, qu’elle avait déjà peu connue, à ses enfants. Eugène, son fils aîné, a 2 ans lors de son décès. 

A cause de ces décès survenus trop tôt, il était plutôt improbable que la mémoire d’Eulalie traverse les générations qui la séparent de ma mère… et pourtant ! Pourquoi Eulalie a-t-elle survécu au passage d'une génération à l'autre ? Peut-être à cause de son prénom particulier ? Il y a des mystères que même un généalogiste ne peut pas résoudre...!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire ! Si vous n'arrivez pas à commenter, c'est de la faute de Chrome... sur Internet Explorer, Firefox ou votre smartphone cela devrait mieux marcher ;)