mardi 23 décembre 2014

Le mardi 23 décembre 2014 par Marine S dans ,    Pas encore de commentaire

Retour un métier d’ancêtre. Après Stanislas GOSSELIN le chapelier, je vous propose de faire connaissance avec Michel FOURNIER le maître mercier.

Michel FOURNIER est le père de Geneviève FOURNIER qui s’est mariée avec François CHOMETON au Havre en 1787, et donc le grand-père maternel de Victor Balthazard CHOMETON.

Michel Philippe FOURNIER est né au Havre le 18 septembre 1741. Il est baptisé à la Cathédrale Notre Dame. Ses parents sont Michel FOURNIER de Caen et Jeanne BOUCHARD de Cauvicourt dans le Calvados qui se sont mariés au Havre en 1736.
Michel se marie le 7 janvier 1764 à la Cathédrale Notre Dame au Havre avec Geneviève MARTEL. Ils auront 8 enfants de 1764 à 1778 tous nés au Havre. Sa profession n’est pas indiquée sur son acte de mariage. Cependant, c’est sur l’acte de mariage de sa fille que je découvre qu’il est indiqué comme étant « maître mercier ».


Mercier ambulant
Source : France Pittoresque
Le mercier était un négociant en gros qui vendait toutes sortes de marchandises. Au Moyen-Age, on disait que les merciers étaient « marchands de tout et faiseurs de rien ». Certains merciers avaient pignon sur rue, alors que d’autres étaient plutôt marchands ambulants. Pour Michel FOURNIER, l’appellation « maître » devant « mercier » m’incite à penser qu’il avait plutôt une boutique. Selon le site France Pittoresque, les maîtres merciers vendaient des dentelles, des étoffes, des soies, des galons…

Michel décède le 22 décembre 1801 au Havre. A cette époque il demeure rue de la Gaffe, c’est justement là où habitait aussi mon ancêtre Stanislas GOSSELIN, le chapelier ! Ils n’ont pas vécu à la même époque, mais cette rue du Havre était peut être une rue commerçante dédiée à la couture et l’habillement… A vérifier dans les recensements du Havre. Sur son acte de décès, la profession de Michel est boutonnier. Cela veut donc dire qu’il ne vendait pas seulement des tissus mais aussi des boutons. 
On comprend mieux d’où vient la passion de ma mère à collectionner boutons et de bobines de fils !

Liens utiles :

Petits Métiers Disparus : http://www.apophtegme.com/ROULE/METIERS/metiersdisp.htm
Métiers à Paris en 1691 par corporations : http://www.vieuxmetiers.org/paris_1691.htm
Une description très complète du métier de mercier : http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article1139

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire ! Si vous n'arrivez pas à commenter, c'est de la faute de Chrome... sur Internet Explorer, Firefox ou votre smartphone cela devrait mieux marcher ;)